Matériel de pêche d'occasion

Page

2002 produits

  1. Ancien moulinet SNOP N°3 modèle 42
  2. Moulinet SNOP N°3
    Moulinet SNOP N°3
    50,00 €
    Bon état
  3. Moulinet Velox Luxe avec anti retour Allcocks
  4. Trousse de pêche anglaise avec plioirs Wyers
  5. Ancien devon sur présentoir
    Ancien devon sur présentoir
    30,00 €
    Très bon état
  6. Ancien panier corrézien Manufrance
    Ancien panier corrézien Manufrance
    130,00 €
    Très bon état
  7. Ancien devon KIATIR de Dunouau 1920
    Ancien devon KIATIR de Dunouau 1920
    45,00 €
    Très bon état
  8. Ancienne boite à vers ou asticot double face
  9. Ancienne boite à esches, à vers
  10. Anciennes lignes montées et flotteurs
  11. Anciennes lignes et flotteurs pour la pêche
  12. Grosse plume de condor Manufrance
    Grosse plume de condor Manufrance
    40,00 €
    Très bon état
Page

2002 produits

L’ancien fait son grand retour dans de nombreux domaines. Et la pêche ne fait pas exception à la règle. Quelle classe, en même temps, de se pavaner le long des rivières avec un panier en osier jetée sur l’épaule, une canne en bambou refendu dans la main, et un exemplaire vintage d’un livre signé Léonce de Boisset dans l’autre. Outre l’esthétisme de produits robustes qui ont traversé les âges sans aucune égratignure, les achats de seconde main présentent de nombreux avantages. D’abord, d’un point de vue écologique. Tout pêcheur est amoureux du biotope dans lequel il évolue, et le plastique est assez présent dans notre quotidien pour ne pas être ramené sur les bords de nos rivières. Laisser un peu de répit à la planète ne serait pas un luxe. Le prix est également un avantage non négligeable à acheter vintage. Un moulinet d’occasion vous coûtera en moyenne 2 fois moins cher qu’un moulinet neuf, fabriqué par ailleurs en Chine et vendu en grande distribution. Enfin, la qualité des produits fabriqués à l’âge d’or de la pêche ont gardé tout de leur superbe. Par exemple, un moulinet Mitchell 300 ou un Luxor lancer léger seront les alliés parfaits d’une pêche réussie. Faire l’acquisition de matériel de pêche ancien est aussi l’adage de nombreux collectionneurs, savamment nommés halieutophilistes. Un regain d’intérêt pour ces outils oubliés, parfois apparentés à de véritables objets d’art, a permis de créer un véritable marché. Brocantes, salons et même ventes aux enchères sont désormais organisés autour de l’univers de la pêche, sous le joug de la collection. Leurres en bois d’avant guerre, paniers en osier, cannes en bambou refendu, flotteurs en tout genre… Il existe une avalanche d’objets liés à l’univers halieutique, mais l’article qui déchaîne les passions des collectionneurs est incontestablement le moulinet ancien, dont la cote ne cesse de grimper !

Portrait de pêcheur

Portrait Defrance

Bernard Defrance, 73 ans, pêcheur à la mouche depuis 1956.

J'ai attrapé la collectionnite des objets de pêche très très tôt , ensuite une maladie incurable “la collectionnite aiguë". Ce sont les pêcheurs Parisiens qui venaient tous les Week End avec le matériel dernier cri qui m'ont donné cette envie de lancer la mouche .Ils venaient pêcher près de chez moi sur la Seine en première catégorie presque tous les Week end. J'avais environ 8 ans quand j'ai commencé la pêche à la mouche, en main une canne récupérée chez mon grand-père en bambou noir avec poignée en bambou, de la soie naturelle utilisée pour le lancer , et quelques mouches récupérées à droite à gauche. Papa un soir est revenu avec une Parabolic Compétition de 8' achetée d'occasion… alors là une véritable merveille pour le gamin que j'étais ! (parabolic Compétition que je possède toujours).

Plus tard fin des années 60, dès que j'ai commencé à gagner ma vie j'ai commencé à acheter souvent d'occasion, des cannes en beau bambou refendu blond en provenance de chez Pezon & Michel.  C'est le tout début de ma collection pêche. Ensuite dans les années 70 je me suis mis aux moulinets Français ainsi que tous les accessoires et équipements du pêcheur mais le grand déclic est arrivé lors de la fermeture du célèbre magasin du 30 Quai du Louvre dans les années 1980, j'avais acheté quelques cannes en bambou refendu ce jour-là , mais c'est incontestablement le moulinet "le soleil" qui a tout déclenché dans ma tête.

La magie avait opéré, alors je me suis empressé de vendre ou d'échanger ma collection de moulinets et d'objets Français pour me consacrer uniquement aux engins de pêche en provenance de la célèbre Maison Warner/Wyers Frères. Melle Warner importait surtout d'Angleterre tous les plus beaux objets fabriqués à cette époque à Redditch. Certains moulinets et leurres étaient importés de façon plus confidentielle des états Unis. Aujourd'hui je continue de chercher assidûment tous les objets en provenance de cette boutique du 30 Quai du Louvre bien entendu, mais aussi ceux en provenance de chez Moriceau, JMC , Girardon , Couzinet , Legrand et autres objets inconnus début 1800.